Partages et connexion_JaP

Prendre rendez-vous

Les personnes LGBTQIA+ en France et en Europe đŸłïžâ€đŸŒˆ

Publié le 23 mars 2021 et mis à jour le 02/04/2021

Cette annĂ©e la Commission europĂ©enne a prĂ©sentĂ© sa toute premiĂšre stratĂ©gie en faveur des personnes LGBTQI+ afin de combattre leur discrimination structurelle. OĂč en sommes-nous Ă  Poitiers, en France et en Europe ?

L’acronyme LGBTQI+ dĂ©signe les personnes Lesbiennes, Gays, Bis, Trans, Queer, Intersexes ; le plus permet d’inclure toutes les autres personnes se questionnant sur leur orientation sexuelle ou leur orientation de genre. On y ajoute parfois un A (LGBTQIA+) pour inclure les personnes Asexuelles.

Ce terme regroupe donc des personnes avec des orientations sexuelles non-hĂ©tĂ©ro (lesbiennes, gays, bis) et des personnes avec des identitĂ©s de genre non-cisgenre (trans, queer) ; nĂ©anmoins, l’orientation sexuelle et l’identitĂ© de genre sont des choses bien distinctes ! Si vous ne comprenez pas les termes ou les acronymes utilisĂ©s dans cet article, n’hĂ©sitez pas Ă  consulter ce lexique participatif.

La vie LGBTQI+ en Poitou-Charentes

Il existe plusieurs associations LGBTQI+ actives sur le territoire de la Vienne.

Le Centre LGBTI du Poitou est un regroupement d'associations et de bĂ©nĂ©voles qui organise chaque annĂ©e un Festival des FiertĂ©s au mois de mai, et lutte au quotidien contre les LGBTphobies (discriminations fondĂ©es sur le genre, le sexe et l’orientation sexuelle). Contact : leur site web

AIDES lutte contre le VIH/sida et la sĂ©rophobie, c’est-Ă -dire la discrimination des personnes sĂ©ropositives. Vous pouvez contacter le relais d'AIDES Ă  Poitiers pour obtenir des infos ou un autotest VIH. Contact : 05.49.42.45.45 | scoulmain@aides.org

La structure SOS homophobie qui s’engage contre la lesbophobie, la gayphobie, la biphobie et la transphobie est Ă©galement active sur le territoire de l'ex-Poitou-Charentes.
Contact : sos-poitoucharentes@sos-homophobie.org | Leur page Facebook

L’association Transendance est basĂ©e Ă  Poitiers et a pour objet de sensibiliser Ă  la communautĂ© LGBTQI+, et aux questions qui lui sont liĂ©es. Elle vise Ă  la promotion de valeurs, de partage, de diversitĂ©, d’égalitĂ©, au sein et en dehors des milieux LGBTQI+. Contact : leur page Facebook

L’association des SƓurs de la perpĂ©tuelle indulgence est Ă©galement installĂ©e Ă  Poitiers. Les sƓurs sont engagĂ©es dans la lutte contre le SIDA et la sĂ©rophobie, et militent aussi contre les discriminations liĂ©es au genre et Ă  l'orientation sexuelle. Contact : leur page Facebook

L’association Adheos est prĂ©sente sur toute la rĂ©gion, et nationalement sur certaines actions. Actuellement, elle est physiquement implantĂ©e Ă  Saintes (siĂšge social) mais Ă©galement Ă  La Rochelle et AngoulĂȘme (antennes).

OĂč en sommes-nous en France ?

La France a Ă©tĂ© le premier pays europĂ©en Ă  dĂ©criminaliser l’homosexualitĂ© - il y a 229 ans en 1791. MalgrĂ© cette dĂ©criminalisation relativement prĂ©coce, l’ouverture du mariage aux couples homosexuels a Ă©tĂ© assez tardive, puisqu’elle n'a eu lieu qu'en 2013. Elle a d’ailleurs suscitĂ© de vives rĂ©actions homophobes. Aujourd’hui, en 2020, la discrimination et la marginalisation font encore partie de la vie quotidienne des personnes LGBTQIA+.

A l’heure actuelle, la mention du sexe est obligatoire Ă  l’état civil et il n’existe que deux options : homme ou femme. Cela exclut de facto les personnes non-binaires ainsi que les personnes intersexes. Les personnes intersexes subissent d’ailleurs des opĂ©rations chirurgicales dĂšs leur naissance qui visent Ă  les faire entrer dans ces catĂ©gories binaires. Actuellement, il est obligatoire d’ĂȘtre rattachĂ© aux sexes masculin ou fĂ©minin dans les cinq jours qui suivent la naissance. Il n’existe aucun cas de jurisprudence dans lequel une personne se serait vue accorder un sexe neutre.

Les personnes trans peuvent demander un changement d’état civil (prĂ©nom, sexe) en faisant une dĂ©marche juridique. Depuis la loi de modernisation de la justice du XXIe siĂšcle (2016), cette procĂ©dure est simplifiĂ©e. Contrairement Ă  la jurisprudence qui exigeait jusque-lĂ  que les personnes trans apportent la preuve d’un traitement mĂ©dical ou d’une opĂ©ration chirurgicale Ă  caractĂšre irrĂ©versible, il n’est dĂ©sormais plus nĂ©cessaire d’avoir suivi un traitement ou d’avoir Ă©tĂ© opĂ©rĂ©. La demande se fait nĂ©anmoins toujours auprĂšs d’un tribunal. Plus d’infos ici.

Sur le plan familial, l'homo-parentalitĂ© reste un parcours difficile. La loi autorise les couples homosexuels mariĂ©s Ă  adopter, mais la PMA (ProcrĂ©ation MĂ©dicalement AssistĂ©e) pour les couples lesbiens et la GPA (Gestation Par Autrui) en gĂ©nĂ©ral restent interdites en France. des couples homosexuels peuvent adopter des enfants sous la condition d'ĂȘtre mariĂ©s. Par ailleurs, les familles homoparentales sont encore discriminĂ©es et peu reprĂ©sentĂ©es.

Quelques associations nationales qui militent pour les droits des personnes LGBTQI+

Le MAG Jeunes LGBT (Mouvement d’Affirmation des Jeunes Gais, Lesbiennes, Bi & Trans) est une association de jeunes lesbiennes, gays, bi et trans ĂągĂ©.e.s de 15 Ă  26 ans. Elle accueille toutes les personnes qui passent la porte de ses locaux et leur propose des activitĂ©s de convivialitĂ©, culturelles et militantes. Son rĂŽle est Ă©galement de faire de la prĂ©vention et de lutter contre les LGBTphobies (lesbophobie, gayphobie, biphobie et transphobie). Leur lexique participatif explique bien les diffĂ©rents termes et acronymes utilisĂ©s dans cet article.

L’association Le Refuge s’occupe des jeunes qui sont dans une situation difficile et/ou exclus de leur famille du fait de leur orientation sexuelle/genre. L’objectif du Refuge est de prĂ©venir l’isolement et le suicide chez les jeunes LGBTQI+ de 14 Ă  25 ans. En 2017, la structure a hĂ©bergĂ© 280 jeunes. Leur ligne d'urgence vous Ă©coute 24/24h au 06 31 59 69 50.

L'association AIDES lutte contre le SIDA/VIH et la sérophobie.

SOShomophobie est une association nationale de lutte contre la lesbophobie, la gayphobie, la biphobie et la transphobie.

STOP homophobie est une association qui défend également les droits et personnes LGBT+. Leur service presse produit des contenus visant à sensibiliser le grand public et les médias.

Et en Europe ?

Concernant la situation des personnes LGBTQI+ en Europe, il y a de grandes différences entre les pays.

MĂȘme si l’homosexualitĂ© est dĂ©criminalisĂ©e dans les 27 pays de l’Union EuropĂ©enne, il reste quelques pays qui n’ont pas lĂ©galisĂ© le mariage pour des couples du mĂȘme genre ni un partenariat enregistrĂ© comparable Ă  la situation juridique d’un couple mariĂ©.

Seule l’Allemagne offre lĂ©galement la possibilitĂ© d’indiquer sur l’état civil un sexe qui n’est ni fĂ©minin ni masculin, avec l’option « Divers ». Quelques cas de jurisprudence existent toutefois dans d’autres pays europĂ©ens (Autriche, Pays-Bas), oĂč des personnes ont reçu le droit de ne pas ĂȘtre identifiĂ©e comme homme ou femme sur leur Ă©tat civil.

Les personnes transgenres n’ont pas la possibilitĂ© de changer la mention de sexe Ă  l’état civil dans tous les pays de l’Union europĂ©enne.

Sur le plan familial, l’adoption des enfants pour des couples homosexuels et l’accĂšs Ă  la PMA pour les couples lesbiens ne sont pas autorisĂ©s dans tous les pays membres de l’Union europĂ©enne.

La stratĂ©gie de la Commission europĂ©enne en faveur des personnes LGBTQI+ est aussi la rĂ©ponse de l'Union europĂ©enne au discours haineux dans quelques pays membres. En Pologne par exemple, plusieurs rĂ©gions ont adoptĂ© des chartes de "protection de la famille traditionnelle" qui ont pour fonction d'exclure et de marginaliser les personnes LGBTQI+. Ursula von der Leyen a fermement condamnĂ© ces "zones sans humanitĂ©" qui n’ont "pas leur place" dans l’Union europĂ©enne (SOTEU 2020). Un groupe de citoyen.ne.s a fait une carte interactive montrant les rĂ©gions sans et avec une charte discriminatoire - la "carte de la haine".

Le 11 mars 2021, le Parlement Européen a décidé de faire de l'Union Européenne une "zone de liberté" pour les personnes LGBT en réaction face à la politique de la Pologne.

Ressources

Découvrez la stratégie en faveur des personnes LGBTQI+ de la Commission européenne.

Les podcasts du CACIS vous permettront d’en savoir plus sur les transidentitĂ©s, tout comme le site WikiTrans.

Le site C’est comme ça donne plein d’informations sur les orientations amoureuses et sexuelles, ainsi que sur les identitĂ©s de genre.

Le site web Rainbow Europe vous offre un classement des pays europĂ©ens selon des critĂšres que vous pouvez choisir vous-mĂȘme comme l’égalitĂ© et la non-discrimination, la situation familiale, les discours haineux, la reconnaissance des genres, l’espace civile et la politique d’asile.

Le Gay Travel Index publiĂ© chaque annĂ©e par Spartacus vous donne Ă©galement un aperçu sur la situation des LGBTQI+ en Europe sous le format d’un classement de tous les pays du monde selon des critĂšres spĂ©cifiques.

La carte de la haine montre les zones polonaises qui ont adopté une charte de protection de la famille « traditionnelle ».

Queering the map est une carte interactive qui localise des expériences LGBTQI+ ou simplement queer et ainsi leur donne une meilleure visibilité

Vous pouvez lire des tĂ©moignages et des portraits de personnes LGBTQIA+ sur le site de MAG-jeunes, dans la rubrique tĂ©moignages du site de SOS Homophobie, dans la rubrique portraits du site C’est comme ça, dans la rubrique tĂ©moignages du webzine Madmoizelle...


"Info Jeunes Nouvelle-Aquitaine - Poitiers"